Choisir d’apprendre

Par Isabelle Rosso

Enseignante à la formation préparatoire aux TENS

 

En général, l’acte d’apprendre est associé à une salle de classe et à un enseignant transmettant une matière. Pourtant, les occasions d’apprendre sont partout. Mais cela demande une prise de conscience et une certaine introspection. Qu’aurait-on avantage à améliorer? Comment rester à jour dans ses connaissances professionnelles? Qui est en mesure de nous y aider? Développez votre curiosité, posez des questions!

On a tout intérêt à toujours rester en mode « formation continue ». En effet, le monde du travail évolue rapidement, et pour demeurer intéressant pour un employeur, il faut non seulement garder ses compétences à jour, mais aussi en développer de nouvelles.

L’apprentissage à 7 ou à 47 ans

La première chose à faire lorsqu’on décide de se perfectionner est de déterminer exactement pourquoi on veut ou pourquoi on doit acquérir de nouvelles compétences ou de nouvelles connaissances. En effet, chez l’adulte, l’apprentissage est bien différent de chez l’enfant. À huit, dix ou treize ans, on ne se pose pas de questions. La normalité des choses, c’est d’aller à l’école et de faire ce que nous demande le professeur. Devenu adulte, cela ne suffit plus; pour assimiler l’information, il faut avoir un objectif : « À quoi me servira cette formation? Pourquoi mettre des efforts dans ce projet? » Pour s’engager, il faut pouvoir relier ce que l’on s’apprête à apprendre avec quelque chose de concret.

Si vous êtes l’initiateur de votre projet de formation ou de perfectionnement, l’objectif est évidemment clair : « Je vais apprendre à parler anglais, car pour le poste que je vise dans l’entreprise, c’est un critère obligatoire. » La motivation devrait être au rendez-vous. Par contre, si on vous impose de suivre un cours ou d’apprendre de nouvelles tâches, la motivation sera bien différente : « On m’oblige à suivre un cours de mise à niveau sur Excel, mais je ne m’en sers pas… »

Dans ces conditions, l’apprentissage s’annonce ardu. Rattachez chaque opportunité d’apprentissage à un objectif concret, c’est seulement de cette façon que le temps passé en classe ou en coaching se traduira efficacement en de nouvelles compétences/connaissances. « Bon, pour l’instant je ne m’en sers pas au travail, par contre, je pourrais commencer à l’utiliser à la maison pour préparer mon budget. » Un apprentissage qui n’est pas mis en pratique sera vite oublié

Les professeurs ne sont pas tous enseignants!

Apprendre, ça ne se fait pas qu’avec un professeur. Évidemment, dans un contexte de retour à l’école, l’apprentissage passe nécessairement par l’enseignant. Mais si on suit un cours à distance, que l’on apprend une nouvelle tâche au travail ou que l’on développe une nouvelle passion, les professeurs peuvent être la famille, les amis, les collègues de travail, un voisin… Les occasions d’apprendre sont partout. Il suffit de poser des questions, de s’intéresser aux autres, d’être curieux, ouvert et proactif.

Il ne faut pas oublier Internet, qui regorge d’informations. Toutefois, le danger est de se fier à tout ce qu’on y trouve, alors que n’importe qui peut publier n’importe quoi. C’est bien d’aller chercher sur le web, mais c’est encore mieux de pouvoir échanger avec de vraies personnes!

Enfin, vous êtes votre meilleur professeur. Pour maximiser les apprentissages, il faut vous connaître. Quels sont vos intérêts, quel type de personnalité avez-vous, quel type d’apprenant êtes-vous? Un auditif aura avantage à répéter les concepts à haute voix lorsqu’il les révise, un visuel peut plus facilement retenir l’information qu’il retranscrit, un kinesthésique a besoin de toucher, de se représenter les choses pour les assimiler.

Surtout, faites le bilan de temps à autre de tout ce que vous avez appris depuis que vous êtes sur le marché du travail, de tout ce que vous êtes capable de faire, de ce que vous souhaitez pour l’avenir : l’adéquation de tout ça vous donnera peut-être des pistes de ce que vous avez intérêt à développer comme habiletés pour continuer à vous épanouir. Vous avez peut-être déjà tout ce qu’il faut; dans le cas contraire, vous pouvez combler les lacunes qui vous empêchent d’avancer, il suffit d’avoir un objectif clair et réaliste!

À vos marques, prêts, apprenez!

En résumé, il faut retenir que les possibilités d’apprendre ne se limitent pas à un cours en classe. Si vous voulez vous développer,  acquérir de nouvelles connaissances, améliorer vos compétences, vous devez faire un plan d’action qui commence par fixer un objectif précis et qui soit réaliste :

  • Quel aspect souhaitez-vous améliorer et pourquoi?
  • Quelle énergie êtes-vous prêt à y mettre?
  • Qui peut vous aider à mettre en pratique les connaissances acquises?
  • Souhaitez-vous apprendre de façon autodidacte ou par le biais d’une institution scolaire?

Surtout, restez ouvert et provoquez les occasions d’apprendre. Peut-être qu’en ce moment tout va bien, mais qui sait demain ce qui pourrait arriver? Plus vous cultiverez vos compétences, moins le choc sera grand dans l’éventualité d’un changement de cap non prévu…

Si jamais vous vous retrouvez dans cette situation et que vous avez besoin d’un coup de pouce pour repartir dans la bonne direction, des ressources existent pour vous accompagner. Que ce soit pour remettre un CV à jour, réapprendre les techniques d’entrevue, passer une équivalence de 5e secondaire, s’initier à l’informatique, Cible-Emploi peut vous apporter beaucoup, sur le plan humain et sur la connaissance de soi, question de faire le bilan de tout ce que vous savez déjà et de ce qui vous manque peut-être pour aller de l’avant!